jeudi 7 avril 2016

Lu et approuvé : en attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles
Olivier Bourdeaut
(Editions Finitude)


Mon avis : une folie émouvante
 ⭐⭐⭐⭐

J'ai jeté mon dévolu sur ce livre car le titre circule depuis des semaines sur les réseaux sociaux et je voulais me faire un avis. C'est un premier roman qui commence à remporter pas mal de prix littéraires et qui est encore en concours ce printemps, ma curiosité était donc piquée (aïe même pas mal).

D'ordinaire je ne lis jamais ou rarement les livres primés, je reste toujours en observation et à distance car ils ne correspondent pas nécessairement à mes désirs de lecteur. Je ne lis plus non plus les "petits" livres de moins de 200 pages plus ou moins pétillants d'écrivains starisés qui laissent souvent un grand sentiment de frustration à la dernière page ("pourquoi c'est déjà fini ?" ou "ah bon tout ça pour ça ?"), je préfère un bon gros pavé qui m'emmènera loin... 

J'étais étonnée au début (presque sceptique) car c'est en effet un petit livre (159 pages).

Mais son contenu est quant à lui tout simplement grandiose : on est emporté dans une aventure où se mêlent "des mensonges à l'endroit ou à l'envers" nécessaires et qui m'ont un peu rappelé le film "la vie est belle" pour estomper une réalité douloureuse qu'on ne peut effacer entièrement, une condition existentielle dont on ne peut s'extraire. On est embarqué dans cette vie romanesque et théâtrale avec ces personnages excentriques pour qui rien n'est impossible, pas même ce grain de folie.

Dans ce roman, la vie est une fête, chaque page une raison de jubiler ou de se désoler... et l'émotion prime, le drame s'installe à son aise, on aimerait que ces danses ne cessent jamais, on s'identifie aux personnages, au petit garçon aussi. On aimerait que la fête ne cesse jamais.
Et comme au théâtre, à la fin de la pièce, le rideau tombe aussi sur la fin du livre. Avec ce sentiment : l'envie que nous avons nous aussi de poursuivre la fête de la vie, même si on sait qu'elle ne durera pas.
Grandiose.






Et un "bonus", Luchini qui lit un passage : 
 



*****

Présentation de l'éditeur :
Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui mène le bal, c'est la mère, imprévisible et extravagante. Elle n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

Cet ouvrage a obtenu le Grand Prix RTL - Lire 2016, Le Roman des étudiants 2016 France Culture - Télérama ainsi que le Prix France Télévision 2016. 

Biographie de l'auteur : Olivier Bourdeaut a 35 ans. Il a longtemps hésité avant de se mettre à écrire, se sentant tout petit devant sa bibliothèque. En attendant Bojangles est son premier roman.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire